Sélectionner une page

Ce mardi 11 juillet, j’ai animé un talk de 10 minutes sur le fait de devenir freelance. J’ai souhaité revenir sur cette présentation pour expliquer, étape par étape, comment je m’y suis pris

Ouhla, fermez ce Powerpoint que je ne saurais voir. Ce n’est pas parce qu’on dit présentation qu’il faut sortir Powerpoint, en tout cas, pas tout de suite.

1. Établissez un plan

Ce plan n’aura rien de figé, et vous pourrez même le remanier à votre sauce. Le but, plus que de définir un ordre, c’est surtout de faire une checklist de tous les sujets que vous souhaitez aborder.

J’ai donc commencer par établir un plan en trois parties. Rien de bien original, je me suis basé sur les QQOQCCP

  1. Pourquoi devenir freelance
  2. Comment devenir freelance
  3. Qui peut devenir freelance

Ensuite, j’y ai ajouté trois sous-parties, ce qui donne comme plan

  1. Pourquoi devenir freelance
    1. Argent
    2. Apprentissage
    3. Pourquoi ne pas devenir freelance
  2. Comment devenir freelance
    1. Démissionner
    2. Trouver un client
    3. Créer sa société
  3. Qui peut devenir freelance
    1. Expérience professionnelle
    2. Capacité d’apprentissage

Et voilà, ce plan est loin d’être définitif. Ceux qui ont assisté à ma présentation savent déjà que je vais diverger de ce plan.

2. Écrivez phrase par phrase ce que vous allez dire

Oui, c’est la partie la plus fastidieuse, mais il va falloir écrire, mot pout mot, ce que vous allez dire. Quelques passages obligés :

Introduction

Attirer l’attention des personnes présentes

C’est votre première étape. Votre première phrase doit couvrir cet unique but. Faire en sorte que les personnes s’intéressent à ce que vous allez dire. À vrai dire, il y a deux moyens d’y parvenir :

  • L’humour
  • La participation des personnes présentes

J’ai donc décidé d’user du premier stratagème pour débuter ma présentation. Je commence par faire un petit sondage à main levée, et enfin, j’insiste sur la captation d’intérêt en précisant que ce qui va suivre risque d’intéresser du monde :

Bonjour à tous !
Bon, avant de commencer, juste un petit sondage. Qui parmi vous est salarié ? … Ok, très bien, levez la main
Ok, maintenant qui parmi vous s’est déjà intéressé au statut de freelance, ou bien a souhaité le devenir, sans avoir franchi le pas ? … Super, gardez la main levée

Merci, vous pouvez baisser la main.

J’en conclus par le nombre de mains qui se sont levées que le statut de freelance est un sujet flou pour beaucoup d’entre vous.

Se présenter

C’est la suite logique de cette première introduction, la présentation. Tout simplement pour que les personnes présentes sachent à qui elles ont à faire :

Du coup, pour commencer, je vais me présenter. Moi c’est Gaëtan HERFRAY, je suis développeur Android, et je suis freelance depuis un peu plus d’un an. Et avant d’être freelance, bien que cela avait l’air cool d’être freelance, j’avoue que comme beaucoup dans cette pièce, je suis resté longtemps sans oser franchir le pas.

Présentation du problème

Ensuite, tout simplement, il faut exposer le problème, ce à quoi vous allez répondre dans votre présentation. En général, l’exposé du problème se doit d’être court. Mais étant donné que le problème que j’exposais, c’était que justement on s’imagine que devenir freelance, c’est complexe, j’ai opté pour une introduction assez longue. Le but étant de lister les étapes pour devenir freelance jusqu’à épuisement, le tout à un rythme soutenu (on reste quand même dans une introduction) :

En fait, le problème, lorsqu’on veut devenir freelance, c’est qu’on fait ce qu’on sait faire de mieux, on s’informe sur Internet. Et là, la galère commence.
D’abord on se dit que la première étape, c’est de créer sa société. Alors on cherche sur Google : il faut rédiger ses statuts, déposer un capital social, déposer une annonce légale, s’enregistrer auprès du tribunal de commerce, souscrire à une mutuelle, à une assurance professionnelle.

Après ça, il faut gérer sa société, donc tenir des journaux comptables, déclarer sa T.V.A., enregistrer ses frais, effectuer un bilan une fois par an, payer l’URSSAF, le RSI.

Ensuite, il faut gérer la clientèle : rédiger un devis, rédiger une facture, prospecter, transformer les prospects en clients, gérer les relances de facture.

Ce n’est pas fini, il va falloir encore gérer sa communication, c’est à dire : créer un logo, créer votre site internet, communiquer sur les réseaux sociaux, trouver un nom original et facile à retenir, designer des cartes de visites trop stylées, …

Et enfin, en plus de ça, il faudra effectuer votre métier premier au quotidien.
Maintenant, je repose ma question. Qui a envie de devenir freelance ?

Voilà comment on se décourage. On imagine que pour devenir freelance, il faut être capable d’être à la fois un chef d’entreprise, un comptable, un commercial, et as du marketing et enfin, vous dans votre métier.

Maintenant qu’on sait quel problème va résoudre la présentation, on peut entrer dans le vif du sujet. Pour commencer, vous avez un plan, très bien, mais ça, les personnes qui vous écoutent ne le savent pas encore.

Énoncer son plan

Du coup, j’ai décidé de faire cette présentation en trois parties, afin de vous montrer que ce n’est pas si compliqué qu’il paraît.
En premier, on verra qui peut devenir freelance, en gros, quels sont les critères.
Ensuite, nous verrons pourquoi devenir freelance, car dans certains cas, vous préfèrerez rester salarié.
Enfin, pour ceux qui sont motivés, nous verrons comment devenir freelance.

Le corps

Bien voilà, ensuite, vous n’avez qu’à écrire, phrase par phrase, ce que vous allez dire, puis vous entraîner à la lire.

Concernant la durée, je suggère de faire un texte que vous pouvez lire à haute voix comme si vous le disiez lors de votre présentation, et qui occupera 80 à 85% du temps consacré à votre présentation.

Pourquoi pas 100% ? Tout simplement parce que lorsque vous ferez votre présentation, vous ne lirez pas votre texte, vous n’aurez comme alliée que votre mémoire ? Et exercez vous, vous verrez que l’on a tendance à parler moins vite, car à réfléchir plus, lorsque l’on récite un texte de mémoire.

La conclusion

Lors d’une présentation, la conclusion n’est pas aussi importante qu’à l’écrit. Un simple rappel du principe que vous avez essayé de défendre suffira (pour ma part, démontrer que devenir freelance n’est pas si complexe qu’on l’imagine).

J’espère que je vous ai convaincu sur le fait que devenir freelance n’a rien de compliqué ni d’insurmontable, même si tout ne peut pas être résumé en 10 minutes.

Par contre, une fois que vous avez terminé de parler vient le temps des questions. Et là, autant vous rappeler que vous n’êtes pas en conférence de presse face à des journalistes ayant préparé leurs questions. Entre les timides qui n’oseront pas être les premiers à parler, et d’autres qui se seront concentrés sur votre présentation plus que sur les questions à venir, il peut survenir un blanc désagréable pour beaucoup. Ainsi, vous pouvez, dans votre conclusion, donner des idées de questions pour les moins inspirés afin de limiter ce blanc.

J’ai donc volontairement écarté des sujets comme les frais, ou bien les invonvénients à devenir freelance, mais si ces sujets vous intéressent, il nous reste encore 5 minutes de questions !

Donc voilà, c’est terminé pour moi, à vous pour les questions maintenant !

C’est bon ? Vous avez terminé de rédiger votre présentation. Vous êtes capable de la lire ? Maintenant, vous pouvez sortir votre logiciel de diapositives préféré (pour moi, Google Slides).

3. Faîtes vos slides

Je vais illustrer mes propos à l’aide des slides dont je me suis servi pour ma présentation :

Premier contre exemple : ne répétez pas votre discours

Dans cette présentation, on retrouve l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire (et que beaucoup font) dès le second slide.

Il ne faut surtout pas répéter tout ce que vous dîtes dans un slide. Auquel cas, personne ne lira, et votre slide deviendra vite indigeste.

En l’occurrence, dans ma présentation, pour cette seconde slide, mon but était très clairement de montrer que c’est complexe et particulièrement indigeste que de franchir toutes les étapes pour devenir freelance.

Raison pour laquelle j’ai listé tout dans cette slide.

Les slides : trois objectifs

1. Donner de la visibilité aux personnes

Le premier objectif des slides, c’est de permettre aux personnes qui assistent à votre présentation de suivre le déroulé de cette dernière. Où en est-on ? Est-on proche de la fin ? Quel est le sujet principal ?

Ainsi, vous devez numéroter chaque slide de manière x/y. Les personnes devant vous se repèreront mieux. De même, précisez sur chaque slide dans quelle partie du plan énoncé au départ on se situe.

2. Appuyer les points forts

Si les slides n’ont qu’un objectif, c’est celui là. Comme on vous l’a toujours dit à l’école, certaines personnes retiennent mieux en écoutant, d’autres en lisant. L’avantage d’une présentation avec slides, c’est de permettre aux personnes de se remémorer les notions importantes.

3. Rediriger

Si vous souhaitez que votre présentation soit efficace, il va falloir la faire courte. Pas plus de 20 minutes. Le soucis, c’est qu’en 20 minutes, vous ne pouvez pas être exhaustif.

C’est là le dernier point fort des slides : renvoyer vers un complément d’informations. Toutefois, si vous utilisez des liens, faîtes en sorte qu’ils puissent être retenus à peine lus. Le mieux est d’utiliser des bitly custom pour se faire. Le soucis, c’est que le temps que les gens sortent de quoi noter, il se peut que vous soyez passé à la slide suivante.

4. Retravailler votre discours

Il se peut que vos slides vous donnent envie de retravailler votre discours. Attention, il s’agit juste d’ajouter quelques phrases de liaisons ou reformuler certaines parties.

C’est votre slide qui doit s’appuyer sur votre discours, pas l’inverse.

Par exemple, j’avoue que je me suis un peu lâché sur la dixième slide, en vendant particulièrement du rêve. Autant l’assumer et le tourner en dérision. J’ajoute dans mon discours un petit :

Attention, là, la slide qui arrive, c’est celle qui envoie vraiment du rêve.

5. Entraînez-vous

1. Apprenez votre discours par cœur

Oui, je dis bien par cœur. Vous devez le connaître sur le bout des doigts. Oui, c’est un travail long est fastidieux, mais tout se mérite, comme par exemple réussir une présentation.

En plus de connaître par coeur votre discours, vous devez vous entraîner et le répéter chez vous en conditions réelles. Quand est-ce que j’avance de slide ? Quel intonation je donne à quelle partie ?

Il se peut que là encore, vous reformuliez quelque peut votre discours, dû au fait que certaines tournures ne soient pas naturelles à tel ou tel moment.

2. Gérer les trous

Le pire dans une présentation, ce sont les « euh… », le meilleur moyen de perdre l’attention des personnes en face de vous. Si bien, que pour éviter les trous, apprenez à toujours penser à la phrase suivante lorsque vous êtes en train d’en énoncer une. Vous devez être concentré, non pas sur ce que vous dîtes, mais sur ce que vous allez dire.

Eviter les euh

Les trous et les hésitations sont inévitables dans une présentation, si bien qu’il existe quelques techniques pour éviter les « euh… » :

  • On l’a vu, vous devez toujours pensez à la phrase suivante lorsque vous dîtes quelque chose. Si vous vous rendez compte que la phrase suivante ne vous vient pas, ralentissez votre débit de parole. Ça vous laissera plus de temps pour retrouver.
  • En plus du point précédent, abondez dans votre phrase de mot de liaisons, ça vous permettra de gagner encore plus de temps « Et bien », « Donc », « Du coup », « Alors ». Deux phrases de ma présentation sont : « Moi c’est Gaëtan HERFRAY, développeur Android, en freelance depuis un peu plus d’un an. Et avant d’être freelance, bien que cela avait l’air cool d’être freelance, j’avoue que comme beaucoup dans cette pièce, je suis resté longtemps sans oser franchir le pas. ». Imaginons que vous ne trouviez plus votre seconde phrase, vous pouvez en plus de ralentir la cadence sur la première phrase, la transformer pour qu’elle devienne « Et donc, moi, je m’appelle Gaëtan HERFRAY, et je suis développeur Android. Du coup, j’ai décidé de passer freelance, il y a environ une année de cela »
  • Assumez ! Encore une fois, il n’y a rien de pire que les « euh… » dans une présentation. Vous devez tout faire pour ne jamais hésiter. Si jamais, malgré les deux premiers stratagèmes, vous n’arrivez pas à retrouver ce que vous vouliez dire, ironisez et assumez : « Bon, je ne sais plus ce que j’ai prévu de dire ensuite. Donc ce qu’on va faire, c’est que vous regardez ailleurs pendant que je triche en faisant avancer le slide ». Soyez certain que tout le monde sera doublement attentif pour voir comment vous allez sortir de ce pétrain.

Gérer les trous pendant les questions

On l’a vu, le meilleur moyen pour ne pas hésiter, c’est de penser à la phrase suivante lorsque vous dîtes une phrase. Mais pendant une question, cela peut sembler très difficile, alors que vous devez en plus vous concentrer sur la question. Et bien usez du même stratagème que celui dont abusent nos politiques en conférence de presse, à savoir, reformuler la question avant de répondre :

Question – Et en tant que freelance, comment on fait pour savoir quel TJM demander ?
Réponse – Donc, ce que vous souhaitez savoir, c’est comment on estime le prix auquel facturer sa journée de prestation c’est ça ? … … …

Vous aurez ainsi une phrase pour penser à la suivante. De plus, en répondant à la question par une question, vous attendez une approbation de la part de celui qui a posé la question. Encore une petite seconde de gagner pour réfléchir à la réponse.

Le jour J

Ça y est, on y est, vous connaissez votre discours par cœur, vous savez comment s’enchaînent vos slides, chez vous ça marchait du feu de dieu…

Sauf que vous n’êtes plus chez vous. Vous êtes devant 50 ou 100 personnes, avec un écran qui n’est pas le vôtre, du matériel qui n’est pas le vôtre, et parfois même un micro qui refuse de fonctionner comme prévu.

Deux possibilités :

  • Vous êtes à l’aise en public, rien de tout ça ne vous affectera, allez-y. C’est plutôt mon cas.
  • Vous êtes terrorisé, et en plus, tout ces petits couacs de dernière minute vous font monter la pression. C’est inévitable, vous allez avoir la voie tremblante, parfois le micro aussi tremblera, vous aurez du mal à passer les slides au bon moment, bref, vous aurez le trac. Dans ce cas, deux conseils :
    • Assumez ! On ne le répétera jamais assez, faute avouée à moitié pardonnée. Commencez votre présentation en assumant votre état : « Ah ouais, c’est vrai qu’avec le micro et tant de personne qui me regardent, je ne m’imaginais pas que ce serait aussi intimidant. ». Rien que le fait de dire ça, les gens vont faire totalement abstraction de votre voix tremblotante.
    • Prenez votre mal en patience. Honnêtement, j’en ai vu des timides faire des présentation, que la panique a fait littéralement tout planter dès les premiers mots. Ces mêmes timides, dès qu’ils parlent depuis trois minutes, sont aussi à l’aise que Tim Cook présentant le dernier iPhone.

À la fin de la présentation

Progressez

Vous n’avez pas été parfait, personne ne l’est. Si un apéritif est prévu après la présentation, n’hésitez pas à demander au gens ce qu’ils ont pensé de votre présentation. En général, on vous répondra poliment que c’était intéressant. Insistez, demandez « Et si je devais changer quelque chose, pour vous, ce serait quoi ? ».

En plus de ça, faîtes votre autocritique, en vous demandant ce que vous auriez pu améliorer. Dans mon cas, j’ai tout de suite vu deux axes d’améliorations :

  • Le ton que j’utilisais était trop monotone. Je m’en suis rendu compte au moment de préparer ma présentation, mais je n’ai pas trouvé assez de temps pour m’entraîner plus et corriger ça.
  • Manque d’images dans les slides. Pour la même raison, le manque de temps, je me suis contenté de slides composées de texte principalement, alors que j’aurais aimé illustrer d’avantages.

Donc on l’a vu, le soucis, c’est principalement que j’ai manqué de temps. La raison principale, c’est que je n’ai commencé à travailler ma présentation que dès lors que j’ai eu la confirmation de mon passage. Je sais donc que, pour une prochaine présentation que je propose, il faudra que je commence à la travailler dès que je la propose, et non lorsque j’ai une confirmation.

Twitter
Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à me suivre sur Twitter pour être informé des prochains.
 
Développeur Android Freelance depuis Avril 2016, je partage régulièrement sur les différents réseaux sociaux aussi bien que dans des meetups.