Sélectionner une page

Maintenant que vous avez votre extrait KBis et votre compte professionnel fonctionnel, il va falloir souscrire à une mutuelle (obligatoire) et à une assurance professionnelle (très fortement recommandée et réclamée par presque tous les clients).

Pour information, cet article fait partie d’une série consacrée aux étapes afin de devenir freelance.

  1. Trouver des clients
  2. Rédiger ses statuts et déposer son capital social
  3. Déposer une annonce légale et s’enregistrer auprès du tribunal de commerce
  4. Souscrire à une mutuelle et une assurance professionnelle

Concernant cet article

Dans une volonté d’être exhaustif dans le fait de devenir freelance, j’étais obligé de parler de cette étape. Toutefois, il n’y a pas grand chose à dire, du coup, cet article est relativement court.

Si jamais des questions apparaissent en commentaire sur cet article, peut-être que je compléterai ce dernier afin d’y répondre.

Souscrire à une mutuelle

Pourquoi ?

En tant que travailleur indépendant, vous êtes tenu de cotiser auprès du Régime Social des Indépendants (R.S.I.). Pour se faire, vous devez souscrire à une mutuelle pour travailleur indépendant.

Normalement, vous avez fait ce choix lors de votre inscription auprès du Tribunal de Commerce. Sachez que vous avez toujours la possibilité d’en changer tant que vous n’avez pas souscrit.

Comment choisir votre mutuelle ?

Comme toute mutuelle classique, nous vous recommandons de comparer les tarifs et les couvertures.

Souscrire à une assurance professionnelle

Pourquoi ?

En tant que prestataire auprès de client, il se peut que vos actions entraînent un préjudice pour votre client. Quelques cas classiques qui peuvent toujours arriver :

  • Chez votre client, vous renversez malencontreusement un verre d’eau sur une multiprise sur laquelle sont branchés tous les équipements du plateau, les rendant tous inutilisables
  • Vous formatez par mégarde un serveur, entraînant une incapacité pour l’équipe de travailler pendant 2 jours

Il pourrait y avoir de nombreux cas dans lesquels vous pourriez être responsable d’un préjudice pour votre client. Dans ce cas, il vous appartiendra de payer les plusieurs (dizaines ?) milliers d’euros de préjudice. Sauf si vous avez une assurance qui vous couvre.

Dans la pratique, votre client vous demandera toujours une attestation d’assurance professionnelle.

Comment choisir votre assurance ?

Comme pour votre mutuelle, comparez les offres et les tarifs.

Twitter
Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à me suivre sur Twitter pour être informé des prochains.

 

Développeur Android Freelance depuis Avril 2016, je partage régulièrement sur les différents réseaux sociaux aussi bien que dans des meetups.