Sélectionner une page

Beaucoup auraient tendance à penser que la première étape pour devenir freelance est de créer sa société. Mais il n’en est rien. En effet, il faut avant tout trouver des clients. À quoi bon créer une société, et donc engager des frais, si vous n’avez pas de client ?

Cet article fait partie d’une série consacrée aux étapes afin de devenir freelance.

  1. Trouver des clients
  2. Rédiger ses statuts et déposer son capital social
  3. Déposer une annonce légale et s’enregistrer auprès du tribunal de commerce
  4. Souscrire à une mutuelle et une assurance professionnelle

Avez-vous le profil ?

La première chose à faire est de savoir si vous avez le profil pour devenir freelance. En effet, n’espérez pas trouver des clients si vous n’avez pas un profil susceptible de les intéresser. Du coup, je conseillerais d’envisager le fait de devenir freelance avec un minimum de deux années d’expériences sur votre technologie. Encore mieux, si cette expérience a été effectuée dans une SSII qui vous place en mission chez des clients.

Bien sûr, il ne s’agit là que d’un conseil pour trouver des clients plus facilement. On trouvera toujours des exemples de développeurs ayant directement débuté comme freelance et ayant réussi.

Démissionner

Si vous êtes en C.D.I., il vous faudra démissionner pour devenir freelance. En effet, n’espérez pas trouver des clients en leur annonçant un préavis de trois mois. Certes, cela est risqué, mais en tant que développeur, nous avons la chance d’avoir plus d’offres d’emploi que de candidats. Ainsi, il ne sera pas compliqué de retrouver un poste. Vous pourrez même éventuellement retourner chez votre ancien employeur pour peu que vous soyez parti dans les règles de l’art.

TJM

Le TJM, ou Taux Journalier Moyen, est le prix auquel vous facturez vos prestations. Hors, il va falloir annoncer un TJM à votre client pour n’importe quelle mission que ce soit. Deux possibilités :

  • Vous connaissez bien le marché, vous connaissez le TJM qui s’applique à un profil comme le vôtre.
  • Vous ne savez pas quel TJM demander. Dans ce cas, sachez qu’il vaut mieux passer pour un débutant que pour un imbécile demandant des sommes exhorbitantes. Laissez le client donner son budget, acceptez le si il vous va. Vous serez sans doute en deçà du marché, mais pas de panique, vous apprendrez très vite et atteindrez vite le TJM que vous méritez.

Trouver des clients suivant le type de mission

Trouver des clients pour une mission longue en régie

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit, comme leur nom l’indique, de missions longues (minimum 6 mois) que vous effectuerez chez un client. Généralement, la mission consiste à développer de nouveaux projets d’envergure, ou maintenir des projets importants.

À qui cela s’adresse-t-il ?

Cela s’adresse principalement à des personnes recherchant une certaine stabilité, à pouvoir se projeter un minimum. Ainsi, vous cumulez la stabilité d’un C.D.I. ou presque, mais avec les revenus d’un freelance.

Comment trouver des clients pour de telles missions ?

Étant donné le coût d’un freelance, les missions de longues durée, vous les trouverez principalement chez des clients grand compte, voire très grand compte. Les portes d’entrée sont difficiles à franchir, et donc trouver de telles missions sans avoir de réseau s’avère difficile lorsque l’on est seul.

Toutefois, de nombreuses sociétés de service sont spécialisées dans la recherche de développeurs freelance à placer pour des missions longues. Moyennant une commission sur votre TJM, elles vous permettront de trouver de telles missions. Pour ne citer que quelques sociétés parisiennes spécialisées, citons HR Team, Altedis ou encore Adyton Consulting.

Ainsi, la manière la plus efficace de trouver des missions consiste à contacter ces sociétés directement, ils vous indiqueront comment leur communiquer leurs C.V. etc…

Un autre moyen de trouver des missions est d’avoir un profil LinkedIn rempli. Beaucoup de ces sociétés de services passent énormément de temps à contacter les profils qu’elles trouvent sur LinkedIn en adéquation avec les besoins de leurs clients.

À quoi faut-il faire attention ?

La première chose à laquelle faire attention, ce sont les délais de paiement. Une société comme celles citées plus haut vous prennent une commission sur votre TJM. Exigez des délais de paiement fermes en contrepartie (moins de 30 jours, c’est exceptionnel, entre 30 et 45 jours, ça correspond à ce qui se fait, plus de 45 jours, fuyez !). En aucun cas n’acceptez de mission sur lesquelles on vous paye “lorsque le paiement du client est reçu”, et ce pour deux raisons :

  • Ils vous prennent une commission, ils peuvent s’en servir pour vous payer sous un délai fixe
  • Vous n’êtes pas comptable de leur société. En dehors de leur bonne parole, vous n’avez aucun moyen de savoir s’ils ont effectivement été payés ou pas

Trouver des clients pour une mission courte

Qu’est-ce que c’est ?

En général, il s’agit de missions courtes (de une semaine à 1 mois), que vous effectuez directement chez le client ou bien en télétravail. En général, il s’agit d’accélérer le rythme des développements d’un projet déjà en cours, ou de développer un nouveau projet de taille réduite.

À qui cela s’adresse-t-il ?

Cela s’adresse principalement à des développeurs enclins à faire quelques concessions sur leur revenu final, avec en échange énormément de temps libre pour des projets personnels ou autre. La stabilité est le cadet de leur soucis.

Comment trouver des clients pour de telles missions ?

En général, les plus gros clients pour ce type de mission sont les agences web et mobiles. Elles acceptent le projet d’un client mais prennent du retard dans le développement, ou bien dès le début savent qu’elles n’ont pas les ressources pour développer un tel projet.

L’avantage avec les agences, c’est qu’elles communiquent énormément sur les réseaux sociaux. N’hésitez pas à vérifier sur Twitter avec des mots clés orientés dans votre domaine si personne ne cherche de profils tels que le vôtre.

De plus, ça peut être elles qui vous approchent pour peu que vous ayiez un site web et un profil LinkedIn rempli.

À quoi faut-il faire attention ?

Le principal piège, lorsqu’on a à faire à des clients qui sont des structures plus petites, c’est de vous faire jouer sur la corde sensible et leur peu de moyens pour essayer à tout prix de faire baisser votre TJM. Ayez toujours un minimum en tête en dessous duquel vous refusez tout contrat quel qu’il soit.

 

Ce que vous devriez avoir fait avant de passer à la suite

Avez-vous le profil ?

  • Créer un profil sur Hopwork
  • Créer et/ou modifier votre profil sur LinkedIn
  • Faire la liste de vos expériences (perso et/ou pro). Sont-elles susceptibles d’intéresser des clients ?

TJM

  • Renseignez-vous pour essayer de connaître le TJM qui s’applique à votre profil.

Démissionner

  • Faire une recherche de missions “pour de faux”, voire si vous parvenez à trouver facilement des clients. Si ce n’est pas le cas, remettez votre profil et/ou votre recherche en question.
  • Une fois que vous êtes confiant dans votre capacité à trouver des missions, rédigez votre lettre de démission et remettez là à votre employeur.
  • Discutez avec votre employeur. Il peut être intéressé par vos compétences en tant que freelance, ou connaître des relations qui le sont. De plus, il peut éventuellement vous permettre de négocier votre préavis au cas où vous trouviez une mission avant la fin de votre préavis.

Trouver une mission

  • Créez vous un profil LinkedIn rempli
Missions longues en régie
  • Prendre contact avec différentes sociétés de service. Envoyez leur votre C.V. et essayez d’avoir un entretien avec un commercial.
  • Si vous en connaissez, prenez contact avec des connaissances travaillant chez des clients grand compte, voir s’ils ont des missions à pourvoir.
Missions courtes
  • Créez vous un site web, ne serait-ce qu’en listant vos compétences
  • Si vous n’y êtes pas habitué, inscrivez-vous sur Twitter, voyez comment cela fonctionne, comment trouver des clients cherchant des freelance, …
  • Pensez à vous marquer disponible chaque semaine sur Hopwork

Remerciement

Merci à Jérémy ACHAIN, twitter : @pixokode, développeur web freelance, qui m’a aidé à rédiger cette partie.

Twitter
Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à me suivre sur Twitter pour être informé des prochains.
Développeur Android Freelance depuis Avril 2016, je partage régulièrement sur les différents réseaux sociaux aussi bien que dans des meetups.